hijama et epilepsie

 

On appelle aujourd’hui épilepsie la récurrence spontanée de crises épileptiques qui résultent d’une décharge anormale et simultanée de milliers de neurones. Elle se propage dans le cerveau et produit des symptômes caractéristiques et variables selon l’origine cérébrale et la propagation.

Les Que se passe-t-il au niveau des neurones?

epilepsie

Les diverses manifestations de la crise épileptique ont pour origine commune un fonctionnement anormal de certains neurones : ceux-ci sont hyperexcitables et synchronisent anormalement leur activité, ce qui provoque une décharge électrique excessive dans les réseaux neuronaux connectés.
On peut imaginer une sorte de "court-circuit" dans le fonctionnement cognitif et/ou le comportement du sujet.
Les raisons pour lesquelles les neurones se placent dans un tel état d’oscillation synchrone et pathologique sont encore imparfaitement connues.(1)

Elle est caractérisée par des déchages d'influx nerveux anormaux dans le cerveaux qui apparaissent de façon soudaine , et peuvent s'accompgner ou non de mouvement saccadés ou de convulsions. Il existe une multitudes de crise possibles. Elles peuvent se traduire par des hallucinations auditives , olfactives  avec ou sans perte de connaissances . 

On parle d'épilepsie lorsqu'il y a répétition des crises convulsives, ainsi on peut voir apparaitre chez un enfant fiévreux des crises convulsives , cela ne veut pas dire pour autant qu'il sera épileptique.

Les crises peuvent se mesurer à l'aide d'un EEG (electro-encephalogramme ) qui va permettre l'enregistrement de l'activité cérébrale.

 

Les causes :     

Dans une majorité de cas, les médecins peuvent déterminer les causes des crises, on parle d'hérédité, elle peut etre du a des séquelles d'AVC ou d'un traumatisme cranier suite à une cicatrice qui viendrait modifier l'activité neurale.

Les différentes sortes de crises :

  • Les crises partielles se localisent à une zone du cerveau, elles peuvent être simples dans ce cas elles sont courtes, le patient est conscient et les symptomes differt en fonction de l'atteinte du cerveau (fourmillements, crispation, hallucinations etc) ou en crises partielles complexes , le patient est semi conscient , son regard est fixe.
  • Les crises généralisées sont étendues à tout le cerveau elles peuvent etre de 4 sortes :

Absences généralisées : ou petit mal, survenant souvent très jeune, sont courtes , le patient décroche de son environnement mais garde une activité musculaire normal, souvent ce genre de crise disparaissent à l'age adulte.

Crises tonicocoloniques ; ou grand mal , spéctaculaires, elles durent longtemps et se caractérisent par des convulsions généralisées qui se passent par une phase tonique, le patient pousse un cri,  perd connaissance, presente un raidissement du corps, la machoir crispée durand 30 secondes, puis une phase clonique, avec des secousses involontaires, la respiratoin se bloque cela peut durer une bonne minute. Puis la crise passe le muscles se relachent (vessie, intestin) la personne passe par une phase de recupération ou elle est désorientée confuse , et une grande asthénie qui peut durer 30 minutes a 2h. 

Le danger dans la crise c'est que la personne tombe brusquement et peut se cogner et se faire très mal, la crise généralisée peut entrainer des troubles neurologiques important car le cerveau manque d'oxygénation, c'est une urgence vitale! 

Prévention des crises :

Il existe des facteurs de riques pouvent déclencher des crises qui est propre à chacun comme :

  • Lumières clignotantes (jeux, écran, eclairage intense)
  • les bruits forts
  • Les fortes émotions, le stress
  • la fièvre 
  • avant les menstures
  • le manque de sommeil
  • L'alcool, les stimulants (thé, café, cola), les drogues
  • Le gluten
  • la fièvre

Les traitements allopathiques:

La prise d'un traitement anticonvulsif permet l'arret de la crise dans la marjorité des cas , la plupart des patients ont un traitemnet de fond  mais ces derniers provoquent certains effets secondaies , somnolence, perte de poids depression, trouble de la coordination, d'élocution, asthenie. Mais il existe des patients qui ne répondent pas au traitement, et dans ce cas on peu proposer des interventions chirugicales. 

 

Le traitement par ventouses pour l'épilepsie :

 

hijama t

 

 

La hijama dans le cadre de crise d'epilepise s'est avérée efficace dans le cadre de certaines crises.

 

D’après le dr ahmad sharef : (2)

 

Les ventouses pour l’épilepsie vont :

 

  • permettre une meilleur organisation  des signaux sortant de cellules du cerveau qui travaillent pour réduire les tensions et réduire le nombre de crises d' épilepsie.
  • Stimuler la circulation sanguine dans les cellules du cerveau par la substance de l' oxyde nitrique , qui contribue à traiter l' épilepsie si le manque de circulation du sang est la cause de de l' épilepsie,
  • et contribue également à l' activité circulatoire sur le traitement de l' atrophie du cerveau si elle est la cause de d' épilepsie où ils aident à définir la mesure les cellules du cerveau,
  • contribue également à stimuler la circulation sanguine pour réduire l' inflammation dans les cas de méningite (méningite) sont beaucoup moins événement fortuit de l' épilepsie et dans les cas de abcès cérébral (abcès cérébral) comme bien. 
  • La hijama  réguler les hormones , la thyroïde et parathyroïde diminue survenue de crises d' épilepsie. 

 

Protocole des séances :

Comme le docteur sharaf l'explique les points de hijama vont être localisés en fonction de la cause de l'épilepsie

 

points d'application epilepsie

En cas de convulsions nous pouvons proposer les points :

  • 1-55 au niveau du dos
  • certains points sur la tête
  • et en bas du dos

Avertissement : La hijama est une technique qui doit être fait par un professionnel de santé uniquement, ne vous amusez pas à faire les ventouses seules cela comprends de rééls risques.

signatue oumaicha angelique

hijama-naturopathie.com

 

(1) sources : http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/epilepsie

 

(2) : sources : http://hejamatherapy.blogspot.fr/2009/11/blog-post_2697.html